Décembre 1914

8 décembre
Départ et arrivée à Baccarat. Cantonnement
9 décembre
Départ de Baccarat, arrivé à Fontenoy. Cantonnement
10 décembre
Départ, arrivé à Remenoville
11 décembre
Départ, arrivé à Einvaux
Embarquement par train, arrivé à Toul
12 décembre
Débarquement et départ de suite. Arrivé à Sanzey-en Woeke et Ménil-la-Tour
16 décembre
Départ de Sanzey. Arrivé à Toul embarquement par train. Arrivé à Bussang-Vosges. Cantonnement aux casernes
17 décembre
Départ. Col de Bussang. Arrivons à Mollau, Alsace
18 décembre
Départ de Mollau. Passé à Hussering. Arrivé à Wesserling. Embarquement en train allemand. Débarquons à Wyler. Marche et arrivons à Thann
19 décembre au 24
Tranchées en avant de Thann et Vieux-Thann
24 décembre
Mairie de Vieux-Thann. Patrouilles : sentinelle 1re ligne. Minuit réveillon. Bon menu au champagne
25 décembre
2 heures matin. On vient nous remplacer. Rassemblement du bataillon route de Mulhouse. On va occuper un bois et le village d’Aspach-le-Haut. On doit occuper le village d’Aspach-le-Bas ou se trouvent les allemands. À 12 heures, départ pour l’attaque. On est arrêté devant le village par les barbelés et les tirs de mitrailleuses. À 17 heure on revient 50 mètres en arrière ou l’on creuse une tranchée presque sans outils
28 décembre
On est relevé et l’on retourne à Thann par Michelbach et Rodern. On fait l’appel du bataillon, à ma Cie la 17e, sur 240 il y a 106 présents les autres tués, blessés, pieds gelés
29 décembre au 5 janvier
Tranchées devant Thann et à la cote 425 devant Cernay

Ses mouvements entre le 8 et le 17 décembre, jusqu’à son arrivée en Alsace :

Ses mouvements entre le 18 et le 28 décembre, après son arrivée en Alsace :

Carnet de guerre Première Guerre mondiale

Novembre 1914

14 novembre
Envoyé sur le front en renfort avec 250 hommes
Passé à Lyon à 20 heure ai revu ma famille
Départ à Perrache à 23 heures
Voyage Ambérieu Bourg et Besançon. 5 heures d’arrêt. Vu un peu la ville, ensuite Belfort, Epinal et
15 novembre
débarquons à Rambertvillers et partons par la route à Baccarat par Meynil sur Belleville
Baccarat – cantonnement à la cristallerie
16 novembre
Départ de Baccarat
Passé à Neuf-Maisons et Bertrichamp
Arrivée à Pexonne pour rejoindre le 359
Le régiment est parti pour une attaque sur Cirey et Blamont. Nous prenons la garde aux issues du village. Le soir retour du 6e Bataillon. Le 5e est resté aux avants postes
17 novembre
Je suis affecté à la 17e Cie 5e Bataillon à Fennevillers. Garde aux issues
18 novembre
Avants postes en avant de Badonvillers. Patrouilles
Avants poste à Thiaville
Sentinelle 1e ligne et patrouilles à Angomont
26 novembre
Relève et en route pour La Chapelle Bertrichant
Travaux de tranchées, garde aux issues, corvées à Raon l’Etape et à Baccarat

Ses mouvements entre le 16 et le 26 novembre :

Carnet de guerre Première Guerre mondiale

Pas grand chose en septembre : Auguste quitte les montagnes pour retourner à Briançon, où il reste probablement tout le mois d’octobre ; il n’y a pas d’entrées à cette période.

Septembre 1914

6 septembre
Départ du Granon
Arrivé à St Chaffray
13 septembre
Vingt hommes par Cie pour le 159
Je fais parti du détachement et arrivons à Briançon aux casernes

Rendez-vous en novembre pour son départ pour le front !

Carnet de guerre Première Guerre mondiale

D’autres camarades de mon arrière-grand-père :

JB_PETITDEMANGE_Ph_BLEICHER

Weltkrieg 1915 – Mein treuer Turner JB. Petitdemange und sein Kamerad Ph. Bleicher beim I.R. 132. 4. Komp. bei Ypern. (Belgien) : « Guerre mondiale 1915 – Mon fidèle gymnaste Jean-Baptiste Petitdemange et son camarade Philippe Bleicher avec le 132e Régiment d’infanterie, 4e Compagnie, vers Ypres en Belgique ».

Johann Baptist Petitdemange est né à Kaysersberg le 24 février 1894 de Franz Johann Baptist Petitdemange et de Joséphine Gsell. Il ne reviendra pas de la guerre : il décède le 5 avril 1918 dans l’hôpital bavarois n°52.

Je n’ai rien trouvé concernant Philippe Bleicher ; je pense qu’il n’est pas né à Kaysersberg.

Photographies Première Guerre mondiale

Quittons les Alsaciens un instant. Du côté de ma mère, qui est lyonnaise, j’ai un arrière-grand-oncle par alliance qui a noté quasiment jour à jour où il était pendant la Première Guerre mondiale. Le carnet dont j’ai hérité est presque certainement recopié de l’original : il est trop propre, l’écriture trop égale, pour avoir vécu presque cinq ans de tranchées.

Je vais publier mois par mois ses notes. Vous pouvez trouver sa fiche matricule sur les AD de la Drôme, classe 1899, bureau de Romans-sur-Isère, N°1047 (vue 79).

Août 1914

2 août
Mobilisation et départ pour St Vallier
3 août
St Vallier à Romans au 110e territorial
5 août
Départ de Romans pour Briançon en train par Valence-Die
Tamponnement dans le tunnel de Cabre
6 août
Arrivée à Briançon après 26 heures de train. Départ pour Chantemerle par Villars. St Chaffray
Cantonnement dans les granges
7 août
De Chantemerle au col de Granon
Cantonnement dans les baraquements
Planton au col de Christol par le col de l’Oule. Seul avec un berger et son troupeau pendant un mois

Ses mouvements entre Briançon et le col de l’Oule :

Carnet de guerre Première Guerre mondiale

Une des premières pages de l’album regroupe cinq photos positionnées plus dans une optique de gain de place que d’esthétique, montrant un très jeune homme en civil et en uniforme, portant simplement la légende Kamerad Eugen Ehrhardt im Felde 1915, c’est à dire « Camarade Eugène Ehrhardt au front 1915 ».

Eugen_EHRHARDT_4

Eugen_EHRHARDT_1

J’ai trouvé dans les registres de Kaysersberg un acte de naissance datant du 5 décembre 1895 au nom d’Eugen Ehrhard, fils de Marie Joseph Lucian Ehrhard et Marie Muller. Celui-ci s’est marié le 2 janvier 1926 à Kaysersberg avec Marie Thérèse Maurer et est décédé le 2 mai 1973 à Colmar. Bien sûr, il est possible qu’il s’agisse d’un homonyme.

Eugen_EHRHARDT_2

Eugen_EHRHARDT_3

Je ne connais pas grand chose aux uniformes allemands de la Première Guerre mondiale, donc je ne suis pas en mesure d’identifier à quel régiment/corps d’armée il appartenait, mais on peut distinctement lire « 15 » sur son casque à pointe sur la troisième photo, et internet me dit qu’il s’agirait du numéro de son unité.

Eugen_EHRHARDT_6

La quatrième photo est plus riche en information, même si la légende est malheureusement peu lisible, y compris sur la photographie originale. …tes Haus – Mein treuer Kamerad und Turner Eugen Ehrhardt im Felde bei Neu-Chapelle. Juli 1915 : « Maison ? Mon fidèle camarade et gymnaste Eugen Ehrhardt sur le front près de Neuve-Chapelle. Juillet 1915. » On voit clairement un anneau au majeur de sa main gauche. Ça pourrait être une alliance, mais l’Eugen Ehrhardt que j’ai trouvé ne s’est marié qu’après la guerre.

Eugen_EHRHARDT_5

Kriegsjahr 1915 – Mein treuer Kamerat & Turner Eugen Ehrhardt im Schützengraben bei Neu-Chappelle. Sept 1915 : « Année de guerre 1915 – Mon fidèle camarade et gymnaste Eugen Ehrhardt dans une tranchée près de Neuve-Chapelle. Septembre 1915 ». L’anneau est passé à l’annulaire, cette fois.

Eugen_EHRHARDT_7

Plus loin dans l’album, on trouve une photo de groupe, probablement prise avant juillet 1915. Eugen Ehrhardt als Rekrut in Detmold – I.R.15 – 1915 : « Eugen Ehrhardt, recrue à Detmold – Régiment d’Infanterie 15 – 1915 ». On le reconnaît facilement en troisième position au dernier rang.

Photographies Première Guerre mondiale

Adolf_LOTZ_Jos_SEISSER

Mein treuer Turner Adolf Lotz und Kamerad Jos. Seisser als Rekruten beim Inft. Regt. 77 in Celle : « Mon fidèle gymnaste Adolf Lotz et son camarage Joseph Seisser, recrues du 77e Régiment d’infanterie à Celle ».

J’ai trouvé dans les registres de Kaysersberg un Adolf Lotz né le 26 février de Joseph Lotz et Karoline Ahr. Il épouse le 17 août 1923 Marie Kindbeiter à Meyenheim et décède à Mulhouse le 5 février 1974. Bien sûr, sans garanties qu’il s’agisse du même.

D’ailleurs, j’ai un problème avec Joseph Seisser, puisque j’ai aussi une autre photo montrant un Johann Seisser, clairement différent, et j’ai trouvé un acte de naissance à Kaysersberg pour Johann Joseph Seisser. Impossible de savoir duquel il s’agit…

Johann Joseph Seisser est né à Kaysersberg, donc, le 15 octobre 1894 d’Heinrich Seisser et Elisabeth Kenner. Il s’y est marié le 6 février 1920 avec Marthe Philomène Bertrand et y est décédé le 20 août 1959.

Photographies Première Guerre mondiale

Commençons par le propriétaire originel des photos, mon arrière-grand-père, Henri Herold. De lui, j’ai des douzaines de photos à tous les âges : il était le neveu du premier photographe de Kaysersberg, Jean Kuster. Je ne vais donc présenter dans ce billet que des photographies relatives à sa carrière militaire, les autres viendront plus tard 🙂

Alexander Heinrich Herold est né le 27 juin 1890 à Kaysersberg d’Alexandre Herold, charpentier, et de Madeleine Kuhn. Son père meurt de maladie alors qu’il n’a que 8 ans. C’est un gymnaste accompli, et parmi les amis qui lui ont envoyé des photos, beaucoup sont aussi gymnastes.

En 1910, il fait son service militaire dans l’Infanterie, et le 2 août 1914 il est envoyé au front, à Cernay-Mulhouse, où il reste 8 jours avant d’être évacué pour maladie. Il reste dans un hôpital militaire jusqu’à fin mars 1916 et est ensuite renvoyé chez lui, où il finit la guerre. Pour les curieux, son dossier d’ancien combattant est disponible sur Généanet.

Vu le peu de temps qu’il a passé au front, je n’ai qu’une seule photo de lui en uniforme :

Henri_HEROLD

Par contre, j’ai pas mal de photos de son séjour à l’hôpital, généralement des photos de groupe :

Henri_HEROLD_Laz1

Fest[ungs]. Laz[arett]. 17. Kath[olishes]. Gesellenhaus – 1914 : « Hôpital 17. Maison catholique des compagnons – 1914 » Je n’arrive pas à comprendre la différence entre Festungslazarett et Lazarett, mais ça n’a pas grande importance.
Henri est assis au premier rang à droite.

Henri_HEROLD_Laz2
Ostern 1915 : « Pâques 1915 ». C’est le cinquième en partant de la gauche.

Henri_HEROLD_Laz3

Il est assis devant.

Henri_HEROLD_Laz4

Fumant avec le planton.

Henri_HEROLD_Laz5

Stubenkameraden von Saal 5. Fest. Laz. 36. Strbg-Neudorf – Juli 1915 : « Camarades de chambrée du Hall 5. Hôpital 36. Strasbourg-Neudorf – Juillet 1915 »
Au premier rang, le deuxième en partant de la gauche.

Henri_HEROLD_Laz6

Assis au milieu au deuxième rang.

Photographies Première Guerre mondiale

Je tenais auparavant (quand j’étais libraire) un blog de lectures, et je n’avais pas réalisé quand j’ai modifié l’organisation de mon site que les billets de Mes ancêtres et moi prendraient la place des billets de Voyages de papier dans les flux RSS. Désolée si je vous ai spammés ! Si vous cherchez Voyages de papier, il est archivé à l’adresse http://kallikrates.net/lit/.


Lors d’une visite récente dans ma famille en Alsace, j’ai récupéré un vieil album photo pour scanner les images, et il se trouve que mon arrière-grand-père Henri Herold avait gardé des photographies d’amis engagés comme lui dans l’armée allemande pendant la Première Guerre mondiale et les avait soigneusement annotées.

Ces photos ne me concernent pas personnellement, mais ce sont sûrement les ancêtres de quelqu’un d’autre, et si je peux réunir quelqu’un avec la photo de son grand-père ou grand-oncle, j’en serai ravie 🙂

Je vais donc commencer par publier ces photos avec toutes les informations dont je dispose (en général pas grand chose). Pour la suite, on verra…

Moi moi moi

J’avais depuis longtemps envie de faire mon arbre généalogique, et j’ai sauté le pas fin 2012. Depuis, j’ai remonté beaucoup de branches, fait quelques découvertes inattendues, et j’ai beaucoup appris.

Mes origines sont assez variées :

Du côté de mon père, mes ancêtres sont alsaciens, principalement du Haut-Rhin, mais aussi du Bas-Rhin ou d’Allemagne, à part une branche rapportée italienne, les Aiolfi.

Du côté de mon grand-père maternel, mes ancêtres sont du Jura, et pour l’instant assez largement inexplorés du fait du manque de resources en ligne pour ce département.

Du côté de ma grand-mère maternelle, on trouve la branche la plus rapiécée, avec des ancêtres

  • du Jura : un village à une quinzaine de kilomètres de celui de mon grand-père maternel
  • du Dauphiné : étalés sur une zone qui longe le Rhône de Solaize à Saint-Vallier
  • de l’Ain
  • de la Savoie
  • de la Loire
  • de Catalogne, tant du côté français que du côté espagnol
  • d’Algérie, bien que très brièvement

Je fais mon arbre sur Gramps et je le mets en ligne sur Généanet. Si vous êtes un de mes cousins, faites moi un petit coucou 🙂

Moi moi moi