mai 092009
 

La femme du Ve
[The Woman in the Fifth]
Douglas Kennedy
Pocket
9782266179768
Paru en octobre 2008.

Harry Ricks fuit les États-Unis après un scandale qui lui a coûté son emploi, sa réputation, et sa famille. Il se réfugie à Paris, où il vivote dans des quartiers mal famés, accepte un job louche sans poser de questions, et écrit un roman. Jusqu’au jour où il rencontre une femme, étrange, unique, fascinante, et tombe sous son charme.

J’aime quand un roman me raconte une histoire, sans prétention ou jeux de langue inutiles, suffisamment bien imbriquée pour que poser le livre devienne difficile. Douglas Kennedy y réussit parfaitement, dans ce roman mi-policier mi-fantastique, glauque et poisseux comme un roman noir des années 30.

La femme du Ve m’a fait passer un excellent moment.

Lire un court extrait »

C’est arrivé l’année où mon existence s’est écroulée. L’année où je suis venu vivre à Paris.

J’avais débarqué quelques jours après Noël, par un matin gris et humide. Le ciel avait une couleur de craie sale et la pluie était une brume envahissante lorsque mon avion s’était posé, à l’aube. Je n’avais pas fermé l’œil durant toutes ces longues heures au-dessus de l’Atlantique, un épisode insomniaque qui venait s’ajouter à la succession de nuits sans sommeil par laquelle je venais de passer.

En retrouvant la terre ferme, j’ai soudain basculé dans un état de désarroi complet, et j’ai perdu tous mes moyens devant le flic du contrôle des passeports qui me demandait combien de temps je comptais rester en France.

– J’sais pas exactement, ai-je marmonné sans réfléchir.

Désolé, les commentaire sont désactivés pour l'instant.