mai 222009
 

Le Rêve du philologue
[Filologens dröm]
Björn Larsson
Grasset
9782246737414
Paru en avril 2009.

Une série de nouvelles autour du thème de la découverte, ou plus souvent, de ces choses qu’il vaudrait mieux ne pas découvrir, Le Rêve du philologue n’est pas forcément d’une lecture facile, mais ô combien enrichissante. La nouvelle sur la philosophe, notamment, donne à penser.

Chaque nouvelle tournant autour d’un chercheur d’une spécialité différente, elle nous donne aussi un aperçu gentiment moqueur de la vie universitaire.

Un livre d’une intelligence rare, passionnant, qui s’adresse à un public cultivé.

Lire un court extrait »

Comme son nom l’indique, Helena von H était d’origine noble. Depuis l’enfance, on lui avait répété que du sang bleu coulait dans ses veines. Ses parents ne voulaient naturellement pas dire par là qu’il était vraiment bleu. On n’était plus à l’époque où la noblesse était si anémique d’oisiveté et de parasols — surtout dans le cas des femmes car les hommes, eux, devaient malgré tout sortir de temps en temps à l’air libre et à dos de cheval pour affirmer leur virilité en tuant un cerf ou un renard — qu’on aurait pu être tenté de croire que leur sang était d’une autre couleur que celui du reste de la population. Mais, malgré la plaisanterie sous-entendue lors de son évocation — an passant et volontiers en présence de roturiers —, il était clair que la famille von H avait quelque chose de particulier. Il était loin d’être aussi clair en quoi consistait cette « particularité », et pourtant cdelui qui aurait fait valoir qu’il ne s’agissait que d’héritage culturel aurait rencontré un silence éloquent. Ceci ne signifiait pas qu’on allât jusqu’à soutenir qu’il y eût des gènes von H qui fussent différents des autres. On estimait plutôt, en son for intérieur, que la famille possédait certaines dispositions, peu nombreuses mais capitales, qui la mettaient à part, surtout de ceux dépourvus de particule. Dans le cercle des initiés on ne faisait pourtant pas mystère que cette petite différence héréditaire entre la famille von H et les autres était à l’avantage de la première.

Désolé, les commentaire sont désactivés pour l'instant.