mai 082009
 

Le moindre des mondes
[Skugga-Baldur]
Sjón
Rivages
9782743618704
Paru en 2007.

Difficile de résumer ce roman ; les fils de l’intrigue semblent parfaitement distincts et différents, jusqu’à ce que Sjón les noue ensemble dans l’épisode avec une efficacité et une économie qui force l’admiration.

Un pasteur part chasser le renard et se retrouve à chasser des fantômes. Une jeune femme handicapée est enterrée, moment à la fois poignant et drôle.

Sjón utilise les mots comme d’autres utilisent un pinceau, et j’ai beaucoup aimé les tableaux qu’il peint, nous faisant découvrir l’Islande rurale de la fin du XIXe siècle.

Un petit bijou, à ne pas manquer.

Lire un court extrait »

Les renardes au pelage roux comme la lande ressemblent tellement à ces rochers étonnamment accueillants. Lorsqu’elles se tapissent auprès d’eux, il n’y a aucun espoir de les distinguer du roc lui-même, oh oui elles sem ontrent bien plus habiles que leurs blanches cousines dont la silhouette toujours se trahit en dessinant ne tache jaune sur la neige glacée.

Une renarde rousse se blottit tout contre son roc et laisse les puissances éoliennes glisser sur son corps. Elle tourne son arrière-train contre la tempête, s’enroule sur elle-même et s’enfouit le nez sous la cuisse ; elle ferme presque complètement les yeux si bien qu’on ne fait qu’apercevoir sa pupille. Voilà la position qu’elle prend pour observer l’homme qui n’a pas bougé depuis l’instant où il s’est posté sous la corniche, ici, sur les plus hautes pentes du massif d’Ásheimar — depuis au moins dix-huit heures. Le vent lui a souflé dessus et il a neigé sur lui : maintenant il ressemble avant tout à un vestige.

Et l’animal doit prendre garde à ne pas oublier qu’il s’agit d’un chasseur.

Sjón sera aux Assises Internationales du Roman à Lyon du 25 au 31 mai 2009.