août 212009
 

Le Jeu de l’ange
[El juego del ángel]
Carlos Ruiz Zafón
Robert Laffont
9782221111697
Paru en août 2009.

À Barcelone dans les années 20, un mystérieux éditeur fait une proposition à un jeune écrivain. Ce contrat bouleverse sa vie et le lance dans une quête effrénée de la vérité.

Confession : non seulement je n’ai jamais lu L’Ombre du vent et je n’ai donc pas d’a priori positif sur Zafón, mais en plus j’ai lu son interview dans un Livre Hebdo du mois de juillet, et son arrogance m’a franchement rebutée (désolée, mais il n’y a pas d’écrivain si talentueux qu’il ne bénéficie pas du stylo rouge d’un éditeur).

J’ai bien aimé Le Jeu de l’ange: l’intrigue était prenante, et je voulais vraiment savoir la fin, donc je me suis accrochée jusqu’au bout. Cela dit, il y avait des longueurs, et on aurait facilement pu couper une centaine de pages sans risques pour l’intrigue. J’ai aussi trouvé l’épilogue particulièrement répugnant dans ce qu’il impliquait.

J’ai quand même envie de lire L’Ombre du vent, mais au vu du Jeu de l’ange, je n’en fait pas une priorité.

Lire un court extrait »

Un écrivain n’oublie jamais le moment où, pour la première fois, il a accepté un peu d’argent ou quelques éloges en échange d’une histoire. Il n’oublie jamais la première fois où il a senti dans ses veines le doux poison de la vanité et cru que si personne ne découvrait son absence de talent, son rêve de littérature pourrait lui procurer un toit sur la tête, un vrai repas chaque soir et ce qu’il désirait le plus au monde : son nom imprimé sur un misérable bout de papier qui, il en est sûr, vivra plus longtemps que lui. Un écrivain est condamné à se souvenir de ce moment, parce que, dès lors, il est perdu : son âme a un prix.

Le Jeu de l’ange, de Carlos Ruiz Zafón

  6 commentaires à “Le Jeu de l’ange, de Carlos Ruiz Zafón”

  1. Je vais le recevoir bientôt ! J’ai lu et aimé L’ombre du vent, mais je crains toujours un peu le deuxième roman quand le premier est autant encensé… Et je ne connais pas du tout l’auteur, donc je verrai.

    • L’interview est sur le site de Livre Hebdo, mais verrouillé pour les abonnés :/ En gros, il disait qu’il ne laisse personne changer ne serait-ce qu’une seule virgule dans ses livres. Ça se voit quand on le lit, et ce n’est pas un compliment.

      Cela dit, L’Ombre du vent n’était pas son premier roman, juste celui qui l’a fait connaître internationalement.

      J’attends avec impatience ta critique :)

  2. Oh oui, va vite lire L’Ombre du vent! J’ai été déçue par Le Jeu de l’Ange, je n’ai pas retrouvé la magie et le mystère de L’Ombre… dommage!

  3. [...] Chaplum, Cryssilda, Daniel Fattore, Dda, Elfique, Emeralda, Emma, Fleur, Flo, Heclea, Jess, Jules, Kallikrates, Karine :), Kathel, Kitty, Lounima, Maijo, Mirianne, Miss Alfie, Naniela, Nini, Petite Fleur, [...]

  4. Premier livre que je lis de cet auteur. J’ai un peu hésité a commencer ce pavé… et moi qui avais eu si peut de coup de coeur cette année, je n’arrive plus a lacher ce livre et bien décidée à lire le précédent.

  5. Je viens de lire les 2 premiers tomes de Ruiz Zafon, et autant j’avais adoré le premier avec ces personnages masculins si attachants (quoique j’ai trouvé la dernière partie, la lettre à Daniel, un peu longue). Tout était logique, cohérent et la fin du roman particulièrement réussie. Il faut savoir embarquer son lecteur, mais surtout terminer l’ouvrage de façon à laisser quelques pistes ouvertes, où le lecteur peut interpréter à sa guise le roman.
    Le second par contre…bof. Je ne comprends pas pourquoi Ruiz Zafon glisse dans le fantastique facile. Quant à la fin, non, non, non, définitivement non. Pourtant, il y a d’excellentes choses dans ce roman, notamment au niveau de l’ironie de l’écrivain dans les parties dialoguées. Mais le récit en lui-même est moins intéressant. Le lecteur se détache du narrateur. D’ailleurs, on perd aussi la cohérence des lieux dans ce tome, car Barcelone est aussi l’un des personnages. Ce qui me gêne le plus c’est que le second roman est sensé se dérouler avant le premier, et quelque part il enlève aussi un peu du crédit du premier roman, qui est pourtant tellement réussi. Je vais donc faire une petite pause, afin de l’oublier un peu avant de lire le troisième.

Désolé, les commentaire sont désactivés pour l'instant.