sept 132009
 

Et que le vaste monde poursuive sa course folle
[Let the Great World Spin]
Colum McCann
Belfond
9782714445063
Paru en août 2009.

J’ai hésité avant de faire un billet sur ce livre, parce que je n’ai pas pu aller jusqu’au bout. Non qu’il fût particulièrement mauvais ou mal écrit, mais il n’a pas réussi à m’accrocher, et comme je me suis promis que je ne répéterais pas l’expérience du Guide de l’incendiaire, j’ai décidé de limiter les dégâts et de passer à autre chose.

Lire un court extrait »

Celui qui le virent se turent. Depuis Church, Liberty, Cortlandt, West, Fulton ou Vesey Street. Un silence terrible, superbe, à l’écoute de lui-même. Certains pensèrent à une illusion d’optique, une ombre mal placée, un effet d’atmosphère. D’autres prirent ça pour la blague éculée du type qui se plante sur l’asphalte, le doigt pointé, et on s’attroupe autour, les têtes se renversent, hochent, confirment, mails les yeux sont levés pour rien, et on attend comme on attend la chute d’un gag de Lenny Bruce. Seulement, plus ils regardaient, plus c’était clair. À l’extrême limite du toit, la silhouette se détachait sur la grisaille du matin. Sans doute un laveur de vitres. Un ouvrier du bâtiment. Ou un suicidaire.

  Une commentaire à “Et que le vaste monde poursuive sa course folle, de Colum McCann”

  1. [...] Dédale, George Sand et moi, Kallikrates, Mango, Mobylivres, Morganebib, [...]

Désolé, les commentaire sont désactivés pour l'instant.