août 162010
 

The Vor Game in Young Miles
[Miles Vorkosigan chez J'ai lu]
Lois McMaster Bujold
Baen
9780743436168
Paru en 2003.

Tout d’abord, je vous signale que The Warrior’s Apprentice est disponible gratuitement et dans son intégralité en anglais depuis quelques jours sur la Baen Free Library.

Miles vient de finir l’Académie militaire et s’embarque pour ses premières missions.

Un de mes romans préférés de la saga : on y retrouve beaucoup des personnages de The Warrior’s Apprentice, notamment Gregor, le jeune empereur de Barrayar, incidemment mon personnage favori, dont Bujold explore ici sa relation avec Miles, et sa condition d’empereur, avec toutes les limitations que ça impose.

On rit beaucoup, aussi, dans The Vor Game. C’est vrai de beaucoup de livres de la série, et c’en est un des points forts, d’autant plus que les livres continuent d’être drôles même quand on les a lus et relus et rerelus.

Pour finir, je n’ai pas résisté à vous soumettre cette analyse de Miles par un de ses supérieurs :

Lire un court extrait »

Cecil sighed, straightened. “Because I have noticed, Vorkosigan, watching you—and you know very well you were the most closely watched cadet ever to pass through these halls barring Emperor Gregor himself—”

Miles nodded shortly.

“That despite your demonstrated brilliance in some areas, you have also demonstrated some chronic weaknesses. And I’m not referring to your physical problems, which everybody but me thought were going to take you out before your first year was up—you’ve been surprisingly sensible about those—”
Miles shrugged. “Pain hurts, sir. I don’t court it.”

“Very good. But your most insidious chronic problem is in the area of . . . how shall I put this precisely . . . subordination. You argue too much.”

“No, I don’t,” Miles began indignantly, then shut his mouth.

Cecil flashed a grin. “Quite. Plus your rather irritating habit of treating your superior officers as your, ah . . .” Cecil paused, apparently groping again for just the right word.

“Equals?” Miles hazarded.

“Cattle,” Cecil corrected judiciously. “To be driven to your will. You’re a manipulator par excellence, Vorkosigan. I’ve been studying you for three years now, and your group dynamics are fascinating. Whether you were in charge or not, somehow it was always your idea that ended up getting carried out.”

 

Cecil soupira et se redressa. « Parce que j’ai remarqué, Vorkosigan, quand je vous observais — et vous savez pertinemment que vous avez été le cadet le plus observé depuis l’Empereur Gregor… »

Miles hocha la tête brusquement.

« Malgré votre brillance avérée dans certains domaines, vous avez aussi montré quelques faiblesses chroniques. Et je ne parle pas de vos problèmes physiques dont tout le monde sauf moi pensait qu’ils allaient vous éliminer avant la fin de votre première année… Vous avez été étonnamment raisonnable sur ce point. »

Miles haussa les épaules. « La douleur fait mal, mon Commandant. Je ne la provoque pas.

– Très bien. Mais votre problème chronique le plus insidieux concerne… comment puis-je formuler ça… l’insubordination. Vous argumentez trop.

– Ce n’est pas vrai », Miles commença avec indignation, puis il ferma la bouche.

Cecil sourit. « Précisément. Plus votre habitude plutôt agaçante de traiter vos supérieurs comme vos… euh… » Apparemment, Cecil cherchait de nouveau le mot exact.

« Égaux ? proposa Miles.

– Votre bétail », Cecil corrigea avec précision. « Pour les diriger selon votre volonté. Vous êtes un manipulateur-né, Vorkosigan. Cela fait trois ans que je vous étudie et votre dynamique de groupe est fascinante. Que vous soyez en charge ou pas, d’une manière ou d’une autre c’était toujours votre idée qui finissait par être mise en œuvre. »

Désolé, les commentaire sont désactivés pour l'instant.