sept 082010
 

Labyrinth in Young Miles
[Ethan d'Athos chez J'ai lu]
Lois McMaster Bujold
Baen
9780743436182
Paru en 2003.

Le Dr Ethan Urquhart, de la planète Athos, cherche à savoir où sont passés les ovaires qu’il devait recevoir. Ce faisant, il va rencontrer des officiers de Cetaganda, Elli Quinn de l’Armée mercenaire Dendarii, et Terence Cee, qui cache un lourd secret.

Encore l’exploration d’une autre culture, cette fois-ci Athos, une planète où les Pères fondateurs ont fui la présence corruptrice des femmes, et la station Kline, qui permet de découvrir les détails de l’organisation d’une station spatiale où les gens naissent, vivent et meurent.

Ethan of Athos est un des romans de la saga que j’avais le moins aimés, notamment à cause de l’absence de Miles, mais il est en fait bien meilleur que dans mon souvenir.

Lire un court extrait »

“Kara Burton, M.D., Ph.D., and Elizabeth Naismith, M.S. Bioengineering . . .” He found himself looking suddenly, on screen, at two of the strangest faces he had ever seen.

Beardless, like men without sons, or boys, but devoid of a boy’s bloom of youth. Pale soft faces, thin-boned, yet lined and time-scored; the engineer’s hair was nearly white. The other was thick-bodied, lumpy in a pale blue lab smock.

Ethan trembled, waiting for the insanity to strike him from their level, medusan gazes. Nothing happened. After a moment, he unclutched the desk edge. Perhaps then the madness that possessed galactic men, slaves to these creatures, was something only transmitted in the flesh. Some incalculable telepathic aura? Bravely, he raised his eyes again to the figures in the screen.

So. That was a woman—two women, in fact. He sought his own reaction; to his immense relief, he seemed to be profoundly unaffected. Indifference, even mild revulsion. The Sink of Sin did not appear to be draining his soul to perdition on sight, always presuming he had a soul. He switched off the screen with no more emotion than frustrated curiosity. As a test of his resolution, he would not indulge it further today. He put the data disk carefully away with the others.

 

« Dr Kara Burton, et Elizabeth Naismith, ingénierie biologique… » Il se retrouva soudain à regarder, à l’écran, deux des visages les plus étranges qu’il eût jamais vu.

Imberbe, comme des hommes sans fils, ou des garçons, mais sans la jeunesse d’un garçon. Des visages pâles et arrondis, à l’ossature délicate, et pourtant ridés et marqués par l’âge ; les cheveux de l’ingénieur étaient presque blancs. L’autre était plus forte, engoncée dans une blouse de laboratoire bleu ciel.

Ethan trembla, s’attendant à être frappé de folie par leur regard calme et méduséen. Il ne se passa rien. Après un moment, il lâcha le bord du bureau auquel il s’était agrippé. Peut-être que la folie qui possédait les hommes galactiques, esclaves de ces créatures, était seulement transmise en personne. Une aura télépathique incalculable ? Courageusement, il regarda de nouveau les images à l’écran.

Alors, c’était cela une femme. Deux femmes, en fait. Il sonda ses propres réactions ; il fut immensément rassuré de constater qu’il ne semblait absolument pas affecté. De l’indifférence, et même une certaine répulsion. Ces Gouffres d’Iniquité ne semblaient pas entraîner son âme à la perdition, en supposant qu’il eût une âme, bien sûr. Il éteignit l’écran sans plus d’émotion que de la curiosité frustrée. Pour tester sa résolution, il ne la satisferait pas plus aujourd’hui. Soigneusement, il rangea le disque avec les autres.

Désolé, les commentaire sont désactivés pour l'instant.