sept 192010
 

Ethan of Athos in Young Miles
[« Le Labyrinthe » in Les Frontières de l'infini chez J'ai lu]
Lois McMaster Bujold
Baen
9780743436182
Paru en 2003.

Jackson’s Whole, où tout se vend et tout s’achète, et où les vrais monstres ne sont pas ceux que l’on croit.

Et une dernière culture, celle de Jackson’s Whole. Labyrinth étant une nouvelle, on n’en voit qu’un aperçu, mais qui donne déjà une bonne idée de ce qui s’y passe. Jackson’s Whole, c’est le capitalisme poussé à l’extrême, où tout est possible pourvu d’avoir les moyens de se l’offrir.

Encore une fois, Bujold nous montre son talent pour croquer un personnage en quelques lignes, que ce soit les différents Barons, ou Taura, une autre de mes personnages préférés.

Lire un court extrait »

Miles contemplated the image of the globe glowing above the vid plate, crossed his arms, and stifled queasiness. The planet of Jackson’s Whole, glittering, wealthy, corrupt . . . Jacksonians claimed their corruption was entirely imported—if the galaxy were willing to pay for virtue what it paid for vice, the place would be a pilgrimage shrine. In Miles’s view this seemed rather like debating which was superior, maggots or the rotten meat they fed off. Still, if Jackson’s Whole didn’t exist, the galaxy would probably have had to invent it. Its neighbors might feign horror, but they wouldn’t permit the place to exist if they didn’t find it a secretly useful interface with the sub-economy.

 

Miles contemplait l’image du globe brillant au-dessus de plateau vidéo. Il croisa les bras, et fit taire son appréhension. La planète de Jackson’s Whole, étincelante, riche, corrompue… Les Jacksoniens affirmaient que leur corruption était entièrement importée : si la galaxie payait pour la vertu ce qu’elle payait pour le vice, ce serait un lieu de pèlerinage. Pour Miles, c’était comme d’essayer de déterminer ce qui était supérieur : les asticots, ou la viande pourrie dont ils se nourrissaient. Cela dit, si Jackson’s Whole n’existait pas, la galaxie devrait probablement l’inventer. Ses voisins pouvaient feindre l’horreur, mais ils ne tolèreraient pas l’endroit s’ils ne le considéraient pas comme une interface utile avec le monde du crime.

Désolé, les commentaire sont désactivés pour l'instant.