déc 302010
 

Komarr in Miles in Love
[Komarr chez J'ai lu]
Lois McMaster Bujold
Baen
9781416555223
Paru en 2008.

Pour une de ses premières missions en tant qu’Auditeur impérial, Miles est envoyé sur la planète de Komarr. Ce qui semble n’être qu’un simple accident se révèle bien plus compliqué.

Malgré l’importance de Komarr tant dans la diplomatie interne de l’Empire de Barrayar que dans les intrigues des livres précédents, Komarr est le premier livre de la série à se passer sur cette planète. On y découvre une société bien différente de celle de Barrayar, qui s’adapte tant bien que mal à sa place dans l’Empire.

On rencontre aussi, entre autre nouveaux personnages, Ekaterin Vorsoisson, bien mal mariée, mais qui saura s’affirmer et faire émerger sa personnalité propre.

Pas le plus intéressant des romans, mais il introduit toute une galerie de personnages qui vont devenir extrêmement importants.

Lire un court extrait »

He turned to Tien. “And how do you like Komarr, Administrator Vorsoisson?”

Tien grinned, and shrugged. “It’s all right except for the Komarrans. I’ve found them a damned touchy bunch.”

Vorkosigan’s brows twitched up. “Have they no sense of humor?”

Ekaterin glanced up warily, wincing at that dry edge in his drawling voice, but apparently it slipped past Tien, who only snorted. “They’re divided about equally between the greedy and the surly. Cheating Barrayarans is considered a patriotic duty.”

Vorkosigan raised his empty wineglass to Ekaterin. “And you, Madame Vorsoisson?”

She refilled it to the top before he could stop her, cautious of her reply. If her uncle was the technical expert in this Auditorial duo, did that leave Vorkosigan as the . . . political one? Who was really the senior member of the team? Had Tien caught any of the subtle flashing implications in the little lord’s speech? “It hasn’t been easy to make Komarran friends. Nikolai goes to a Barrayaran school. And I have no work as such.”

 

Il se tourna vers Tien.

– Que pensez-vous de Komarr, monsieur l’Administrateur ?

Tien sourit et haussa les épaules.

– Ça va, à part pour les Komarrans. Je trouve qu’ils sont sacrément susceptibles.

Vorkosigan haussa les sourcils.

– Ils n’ont pas le sens de l’humour ?

Ekaterin leva les yeux, méfiante, grimaçant à la dureté soudaine dans sa voix traînante, mais apparemment cela échappa à Tien, qui grogna seulement.

– Une moitié est cupide et l’autre revêche. Escroquer les Barrayarans est considéré comme un devoir patriotique.

Vorkosigan tendit son verre vide à Ekaterin.

– Et vous, Madame Vorsoisson ?

Elle le remplit jusqu’au bord avant qu’il puisse l’arrêter, réfléchissant à sa réponse. Si son oncle était l’expert technique dans ce duo Auditorial, est-ce que cela faisait de Vorkosigan l’expert… politique ? Qui était réellement le chef de l’équipe ? Est-ce que Tien avait compris les implications subtiles du discours du petit lord ?

– Ça n’a pas été facile de se faire des amis komarrans. Nikolai va dans une école barrayarane. Et je n’ai pas vraiment de travail.

Désolé, les commentaire sont désactivés pour l'instant.