jan 112011
 

Le Signal
[The Signal]
Ron Carlson
Gallmeister
9782351780398
Paru en janvier 2011.

Un homme et une femme, fraîchement divorcés, font une ultime randonnée dans les montagnes du Wyoming. Elle sera plus mouvementée que prévu.

Le Signal est plutôt une déception : si la relation entre Mack et Vonnie est bien écrite et intéressante, pleine d’amertume et de récriminations, l’intrigue vaguement suspence est elle confuse et ennuyeuse : on ne comprend pas exactement ce qui se passe, qui est l’homme qui demande à Mack de rechercher le drone, etc. Ce fil de l’intrigue aurait mérité que l’auteur s’y attardé un peu plus.

Le roman est néanmoins sauvé d’une note de 2 par les descriptions magistrales du Wyoming.

Lire un court extrait »

Il enchaîna les grandes boucles que dessinait la piste à travers la haute forêt de trembles, puis traversa la vaste prairie jusqu’à la lisière des pins, au point de départ du sentier de Cold Creek, et gara le vieux pick-up Chevrolet bleu de son père à côté de la pancarte déglinguée, dans la douce lumière crépusculaire de septembre. Il avait vu juste : il n’y avait aucun autre véhicule. Pas une seule trace de pneus fraîche sur les quinze kilomètres de montée qu’il avait parcourus depuis la grand-route, si ce n’est une paire de pneus doubles qui avaient fait demi-tour à mi-chemin. Ce devait être la remorque à chevaux de Bluebride, venu s’occuper de son bétail la semaine précédente. Mack avait aperçu en montant deux douzaines de bêtes dispersées dans les armoises. Il sortit de son pick-up et attrapa le café qu’il avait acheté en passant à l’épicerie de Crowheart, une heure auparavant ; il était froid. Il contourna le camion, ouvrit le hayon et s’assit, levant enfin les yeux vers l’est, vers les collines du Wyoming qui s’étageaient en larges bandes marron et grises. Il faisait sombre ici, à la lisière de la forêt, mais la lumière se rassemblait de l’autre côté de la planète et il pouvait voir l’horizon doré à deux cent cinquante kilomètres de là. Il voulait voir des phares, mais il n’y en avait pas. Il voulait voir des phares tressauter sur la vieille route et avancer jusqu’à lui à l’heure convenue.

Désolé, les commentaire sont désactivés pour l'instant.