mar 252011
 

Là-haut, tout est calme
[Boven is het stil]
Gerbrand Bakker
Gallimard
9782070440313
Paru en 2011.

Helmer, un paysan néerlandais, qui répète les mêmes gestes jour après jour depuis près de quarante ans, décide soudainement de chambouler sa vie. Peu après, il est contacté par Riet, l’ancienne fiancée de son frère jumeau, qui est à l’origine de l’accident qui lui a coûté la vie.

Si j’ai apprécié le roman, j’ai du mal à comprendre les critiques dithyrambiques que j’ai pu lire. Il est très lent, parfois, trop, même si cela permet aussi de comprendre la lassitude d’Helmer, après une vie passée à faire ce qu’il ne voulait pas faire, à essayer de remplacer son frère mort, le fils favori de son père.

Les relations humaines sont examinées avec une précision d’entomologiste, notamment la relation fusionnelle entre Helmer et Henk, les deux jumeaux, relation qui se distendra à l’arrivée de Riet, ainsi que la relation pleine d’ambiguïtés entre Helmer et le fils de Riet, qui porte le nom de son frère mort, pour lequel il ne peut ni ne veut être un père.

Un beau roman.

Lire un court extrait »

J’ai mis papa là-haut. Après l’avoir assis dans une chaise, j’ai démonté le lit. Papa est resté dans cette chaise, comme un veau né de quelques minutes et que la vache n’a pas encore léché, tête vacillant de façon incontrôlée, regard qui ne s’attache à rien. J’ai arraché du matelas couvertures, draps et alèse, posé le matelas et les planches du fond le long du mur, défait les vis qui maintenaient tête et pied aux côtés. J’essayais autant que possible de respirer par la bouche. La chambre d’en haut — ma chambre — je l’avais déjà débarrassée.

« Qu’est-ce que tu fais ? a-t-il demandé.

– Tu déménages.

– Je veux rester ici.

– Non. »

Désolé, les commentaire sont désactivés pour l'instant.