juin 232011
 

The Eagle of the Ninth in The Eagle of the Ninth Chronicles
[L'Aigle de la Neuvième Légion chez Gallimard]
Rosemary Sutcliff
Oxford University Press
9780192789983
Paru en 2010.

Au IIe siècle après Jésus-Christ, un vétéran romain et son affranchi breton voyagent au-delà du Mur d’Hadrien pour retrouver l’emblème de la IXe Légion, perdu dix ans auparavant.

Un très bon roman d’aventure pour la jeunesse, qui n’a pas pris une ride depuis sa publication en 1954. Les personnages ont parfois une sensibilité plus XXe que IIe siècle, notamment en ce qui concerne l’esclavage, mais pas suffisamment pour gâcher la caractérisation.

Un très bon roman à découvrir dès dix ans.

Lire un court extrait »

‘In my tribe, when a she-wolf with whelps is killed, we sometimes take the young ones to run with the dog-pack,’ Esca said. ‘If they are like this one, little, little, so that they remember nothing before; so that their first meat comes from their master’s hand.’

‘Is he hungry now?’ Marcus asked, as the cub’s muzzle poked and snuggled into his palm.

‘No, he is full of milk — and scraps. Sassticca will not miss them. See, he is half asleep already; that is why he is so gentle.’

The two of them looked at each other, half laughing; but the queer hot look was still in Esca’s eyes; while the cub crawled whimpering into the warm hollow of Marcus’s shoulder, and settled there. His breath smelled of onions, like a puppy.

‘How did you get him?’

‘We killed a she-wolf in milk, so I and two others went to look for the whelps. They killed the rest of the litter, those fools of the South, but this one, I saved. His sire came. They are good fathers, the wolf kind, fierce to protect their young. It was a fight: aie! a good fight.’

‘It was taking a hideous risk,’ Marcus said. ‘You should not have done it, Esca!’ He was half angry, half humbled, that Esca should have taken such a deadly risk to know what the hazard was in robbing a wolf’s lair while the sire still lived.

Esca seemed to draw back into himself on the instant. ‘I forgot it was my Master’s property that I risked,’ he said, his voice suddenly hard and heavy as stone.

‘Don’t be a fool,’ Marcus said quickly. ‘I didn’t mean that, and you know it.’

There was a long silence. The two young men looked at each other and there was no trace of laughter now in their faces.

 

– Dans ma tribu, quand une louve avec des petits est tuée, nous prenons parfois les jeunes pour courir avec la meute de chiens, dit Esca. S’ils sont comme celui-ci, petits, petits, et qu’ils ne se rappellent rien d’avant ; que leur premier morceau de viande vienne de la main de leur maître.

– A-t-il faim ? demanda Marcus, alors que le louveteau poussait et frottait son museau contre la paume de sa main.

– Non, il est plein de lait… et de restes. Ils ne manqueront pas à Sassticca. Regarde, il est déjà à moitié endormi. C’est pour cela qu’il est si gentil.

Les deux se regardèrent presque en riant, mais les yeux d’Esca avait toujours cette lueur bizarre alors que le louveteau s’installa en gémissant dans le creux de l’épaule de Marcus. Son haleine sentait l’oignon, comme celle d’un chiot.

– Comment l’as-tu eu ?

– Nous avions tué une louve qui allaitait, et moi et deux autres sommes allé chercher les petits. Ils ont tué le reste de la portée, ces idiots du sud, mais celui-ci, je l’ai sauvé. Son père est arrivé. Ils font de bons pères, les loups, féroces quand ils protègent leurs petits. C’était un sacré combat : oui ! un beau combat.

– C’était prendre un énorme risque, dit Marcus. Tu n’aurait pas dû, Esca !

Il était à la fois en colère et touché qu’Esca ait risqué sa vie en sachant ce qu’il pouvait arriver quand on volait une meute de loup alors que le père vivait encore.

Esca sembla se diminuer instantanément.

– J’ai oublié que c’était la propriété de mon Maître que je risquais, dit-il, sa voix soudain dure et pesante comme la pierre.

– Ne sois pas stupide, dit Marcus. Ce n’est pas ce que je voulais dire, et tu le sais.

Il y eut un long silence. Les deux jeunes gens se regardèrent, et il n’y avait plus trace de rire sur leurs visages.

Désolé, les commentaire sont désactivés pour l'instant.