mar 012010
 

Brideshead Revisited
[Retour à Brideshead, chez Robert Laffont]
Evelyn Waugh
Penguin
9780140274103
Paru en 1945.

Deux jeunes gens se rencontrent à Oxford dans les années 20 : Charles Ryder, qui entretient avec son père une relation complètement dépourvue d’émotions et qui ne sait pas trop ce qu’il veut faire de sa vie, et Sebastian Flyte, jeune aristocrate catholique excentrique. Ils deviennent amis puis s’éloignent l’un de l’autre quand Sebastian sombre dans l’alcoolisme. Des années plus tard, Charles entame une liaison avec Julia, la sœur de Sebastian, mais la mort du père de Julia, qui a accepté les Derniers Sacrements après une vie sans religion les émeut tous les deux, et ils se séparent.

Cela faisait longtemps que je voulais lire Brideshead Revisited, classique du XXe siècle et chef-d’œuvre de Waugh. Si j’ai beaucoup aimé l’atmosphère du roman, notamment la splendeur sur le déclin de l’aristocratie britannique de l’entre-deux-guerres, l’intrigue en revanche m’a beaucoup confondue, à tel point que j’ai eu du mal à résumer le roman (et je ne suis pas persuadée que le paragraphe ci-dessus soit très cohérent).

J’ai aussi eu beaucoup de mal à cerner l’attitude de Waugh par rapport au catholicisme. Brideshead Revisited pourrait sembler être une critique du catholicisme, et pourtant le narrateur, présenté tout au long du roman comme sceptique et agnostique, semble trouver la foi sur la fin — tout comme Evelyn Waugh qui s’était converti au catholicisme quand il n’avait pas 30 ans.

Un livre intéressant, mais dont j’ai préféré l’atmosphère et les personnages à une intrigue qui m’a échappée.

Lire un court extrait »

We drove on and in the early afternoon came to our destination: wrought-iron gates and twin, classical lodges on a village green, an avenue, more gates, open park-land, a turn in the drive; and suddenly a new and secret landscape opened before us. We were at the head of a valley and below us, half a mile distant, grey and gold amid a screen of boskage, shone the dome and columns of an old house.

 

Nous continuâmes à rouler et en début d’après-midi arrivâmes à destination : des portails en fer forgé et des pavillons jumeaux sur une place de village, une avenue, d’autres portails, de grands espaces verts, un virage ; et soudain, un panorama nouveau et secret se révéla à nous. Nous étions à l’extrémité d’une vallée et en dessous de nous, à moins d’un kilomètre, à travers les branches d’un bosquet, brillaient le gris et l’or du dôme et des colonnes d’un vieux manoir.