mar 182011
 

Casanova
Maxime Rovere
Gallimard
9782070300846
Paru en 2011.

Vivante, claire, et visiblement écrite par un passionné, cette biographie de Casanova est excellente, fondée sur une véritable analyse littéraire, qui montre à quel point les talents de conteur de Casanova ont autant d’importance que les faits qu’il décrit.

Je n’ai que deux caveat : Maxime Rovere nous présente certaines hypothèses comme s’il s’agissait de faits prouvés (l’identité d’Henriette, par exemple) ; et une iconographie plus complète eut été bienvenue.

Néanmoins, cette biographie a le mérite de réveiller mon envie de lire l’original de l’Histoire de ma vie, dont le manuscrit a été récemment acquis par la Bibliothèque nationale.

Lire un court extrait »

Il est temps de dépouiller Casanova de ses attributs de surmâle. Il n’aurait jamais accepté qu’on fasse de lui un séducteur, parce qu’il a travaillé toute sa vie à redéfinir en profondeur les rapports entre les humains — les hommes, les femmes, les puissant(e)s, les pauvres, les savant(e)s, les escrocs, les crédules. c’est ainsi qu’il s’est fait, en amour comme ailleurs, le chantre d’une liberté nouvelle, complexe, qui prend en compte les hésitations du désir, les remords de la conscience et les contraintes sociales, pour en faire les règles d’un jeu d’autant plus jouissif qu’il est plus complexe. Son mot d’ordre n’est pas jouissez sans entraves ; c’est jouez de vos limites.