juil 052011
 

The Selected Works of T.S. Spivet
[L'Extravagant Voyage du jeune et prodigieux T.S. Spivet chez NiL]
Reif Larsen
Vintage Books
9780099555193
Paru en 2009.

T.S. Spivet est un scientifique qui aime les cartes et les schémas. Le Smithsonian, un illustre institut scientifique à Washington, a publié certains de ses travaux et voudrait maintenant lui décerner un prix. Problème : T.S. Spivet n’a que douze ans.

L’histoire elle-même est très sympathique, notamment parce qu’elle est racontée du point de vue de T.S. dont l’esprit scientifique peut le faire paraître plus sérieux et plus âgé qu’il ne l’est. Mais au fond, il reste un gamin de douze ans à l’imagination débordante et à l’expérience limitée.

Ce qui fait l’originalité du roman, ce sont les marges : le récit est émaillé de digressions sous forme d’anecdotes, d’analyses scientifiques, d’illustrations, qui complètent et donnent vie aux personnages.

Excellent !

Lire un court extrait »

She was lying.

Gracie was going to start cooking soon. Dr. Clair always made the gesture to cook but then seemed to remember something important in her study at the last minute and left the brunt of the work to Gracie and me. This was fine: Dr. Clair was actually a terrible cook. She had gone through twenty-six toasters over the course of my conscious life, a little over two a year, one of which had exploded and burned down half the kitchen. Whenever she popped another piece of bread into the toaster and left the room to attend to something she had forgotten, I quietly went up to my filing cabinet and brought down the timemap that displayed each toaster, highlights from its career, and the date and nature of its demise.

 

Elle mentait.

Gracie allait commencer à cuisiner. Dr Clair avait toujours des velléités de cuisiner mais semblait alors se souvenir à la dernière minute de quelque chose d’important dans son bureau et nous abandonnait les tâches, à Gracie et moi. Ce n’était pas un problème : Dr Clair cuisinait terriblement mal. Elle avait eu vingt-six grille-pains depuis que j’avais commencé à les compter, un peu plus de deux par an. L’un d’eux avait explosé et brûlé la moitié de la cuisine. Chaque fois qu’elle glissait une autre tranche de pain dans le grille-pain et quittait la pièce pour s’occuper de quelque chose qu’elle avait oublié, j’allais discrètement récupérer sur mes étagères la frise chronologique qui montrait chaque grille-pain, les moments marquants de sa carrière, et la date et nature de son décès.