août 072011
 

Les Dépossédés
[De fattiga i Łódź]
Steve Sem-Sandberg
Robert Laffont
9782221116012
À paraître en août 2011.

Le Ghetto de Łódź était sous la coupe de Mordechai Chaim Rumkowski, une des figures les plus controversées de l’Holocauste. Il pensait que seule la coopération totale avec les autorités nazies pourrait sauver les juifs, et fit travailler toutes les personnes valides du Ghetto, les rendant indispensables à l’effort de guerre allemand. Cela n’empêcha pas le Ghetto d’être liquidé en août 1944, mais il fut le dernier à l’être, montrant que l’opinion de Rumkowski avait une certaine validité.

Fascinant et dérangeant, un roman foisonnant de personnages, minutieusement documenté, à l’écriture pas toujours facile. Pendant près de 600 pages, nous vivons aux côtés des Juifs du Ghetto, partageant leur peur, leur confusion, leur faim, leur souffrance. La fin arrive comme un coup de poing, même si on rentre dans le roman en anticipant la mort de tous les personnages.

Rumkowski est ramené à la vie, dans tous ses défauts et ses vices, et bien qu’on ne puisse être qu’horrifié par certaines de ses actions (viols d’enfants qu’il a recueilli dans les orphelinats qu’il finance, mégalomanie galopante, le fameux discours sur la déportation des enfants), il finit en figure tragique, sa chute d’autant plus dure que son hybris était grande, et on ne peut s’empêcher de le plaindre quand il voit son rêve s’effondrer et lui échapper.

À ne pas manquer.

Lire un court extrait »

Hans Biebow était le chef de l’administration du ghetto.

Biebow soutint les plans de Rumkowski dès le début. Si ce dernier l’informait qu’il manquait cent machines de coupe, Biebow lui fournissait cent machines de coupe.

Ou ds machines à coudre.

Durant ces temps de guerre et de crise, les machines à coudre étaient une denrée rare. Ceux qui avaient fui la Pologne lors de l’invasion allemande avaient, pour la plupart, emporté leur machine avec eux.

Pourtant, Biebow fournissait des machines à coudre. Elles pouvaient être livrées dans un état défectueux, car Biebow, autant que possible, achetait toujours au prix le plus bas. Mais Rumkowski déclarait que cela n’avait aucune importance, que les machines Singer soient utilisables ou non. Il avait anticipé ce problème en créant deux ateliers consacrés à la réparation des machines à coudre. Le premier était situé au 6, Rembrandtstrasse (Jakuba), le second au 18, Putzigerstrasse (Pucka).

Telle fut leur première collaboration :

Ce que l’un considérait comme nécessaire, l’autre le lui fournissait.

Et c’est ainsi que se développa le ghetto. À partir de rien, le plus important fournisseur d’accessoires pour l’armée allemande vit soudain le jour.