juin 102010
 

84, Charing Cross Road
[84, Charing Cross Road]
Helene Hanff
Le Livre de poche
9782253155751
Paru en 2003.

Une jeune auteure américaine écrit à une librairie londonienne pour se procurer les livres qu’elle ne trouve pas chez elle. Au cours des vingt années qui vont suivre va s’établir une amitié très forte entre elle et son interlocuteur privilégié au sein de la librairie, mais aussi avec ses collègues, sa femme et ses voisins.

Peut-être parce qu’il s’agit d’une histoire vraie, 84, Charing Cross Road est beaucoup moins prévisible et sentimental que Le Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates. Une belle histoire d’amitié, où l’exubérance et l’extraversion de l’Américaine gagne le cœur de tous ceux dont elle fait la connaissance.

Lire un court extrait »

MARKS & CO., LIBRAIRES
84, Charing Cross Road
Londres, W.C.2

1er novembre 1950

Mademoiselle Helene Hanff
14 East 95th Street
New York 28, New York
USA

Chère Mademoiselle,

Pardonnez-moi de vous répondre seulement maintenant, mais j’ai été absent de Londres pendant une semaine environ et j’ai beaucoup à faire pour rattraper le retard de courrier qui s’est accumulé.

Et d’abord, ne vous inquiétez pas si nous utilisons de vieux livres comme La Rébellion de Clarendon comme papier d’emballage : il se trouve que ce n’étaient que deux volumes dépareillés aux couvertures arrachées pour lesquels aucun client raisonnable n’aurait donné deux sous.

Nous vous avons envoyé par la poste l’anthologie de Quiller-Couch, La Route du pèlerin. Votre débit se montait à 1,85 dollar, vos 2 dollars le couvrent donc largement. Pour le moment, nous n’avons pas en stock d’exemplaire du Journal de Pepys, mais nous allons en chercher un pour vous.

Veuillez agréer, Mademoiselle, l’expression de notre considération distinguée.
Bien amicalement,

F. Doel
p/o MARKS & CO.

juin 122009
 

Parfois les brötchen croquent sous la dent
[Der dritte Nagel]
Hermann Kant
Autrement
9782746712997
Paru en mai 2009.

De mensonges en prévarications, un comptable ordinaire entre dans une série de trocs dans le but ultime de se procurer les excellents brötchen du boulanger Schwint.

Un récit drôle, aux descriptions pleines de sensualité (je vous mets au défi de ne pas avoir envie de brötchen quand vous refermez le livre), dont le principal défaut est d’être beaucoup trop court.

Lire un court extrait »

L’appartement n’était pas mal, mais ce qu’il avait de mieux, c’était son boulanger. Je n’avais pas fait ce déménagement à cause de lui, mais à cause de lui je ne serais plus jamais reparti. Il faisait des brötchen comme on ne croyait plus jamais en revoir. C’était comme si une espèce disparue avait laissé l’un des siens pour montrer au monde ce qu’il avait perdu.

Parfois on tombe encore sur une tomate qui a le goût de tomate. Parfois un concombre a ce parfum âpre et doux que les concombres ont pu avoir jadis. Parfois les fraises n’ont pas seulement l’air de fraises. C’est le bonheur. Mais le bonheur est un mot pour les exceptions.