juil 032011
 

Matin brun
Franck Pavloff
Cheyne
9782841160297
Paru en 1998.

Un texte très court sur le fascisme.

L’analogie faite dans la nouvelle pour illustrer comment un état fasciste peut s’imposer est peut-être un peu facile pour un lecteur adulte, mais on peut voir pourquoi ce texte est beaucoup étudié au collège.

Simple et efficace.

Lire un court extrait »

C’est vrai que la surpopulation des chats devenait insupportable, et que d’après ce que les scientifiques de l’État national disaient, il valait mieux garder les bruns. Que des bruns. Tous les tests de sélection prouvaient qu’ils s’adaptaient mieux à notre vie citadine, qu’ils avaient des portées peu nombreuses et qu’ils mangeaient beaucoup moins. Ma foi, un chat c’est un chat, et comme il fallait bien résoudre le problème d’une façon ou d’une autre, va pour le décret qui instaurait la suppression des chats qui n’étaient pas bruns.

avr 102011
 

Nouvelles d’Islande
Éditions Magellan & Cie
9782350741949
Paru en 2011.

Quelques nouvelles d’auteurs islandais, pour la plupart traduits en français pour la première fois.

Comme souvent chez les Islandais, on a ce regard un peu décalé et dérangeant sur la vie. Quelques unes des nouvelles sont excellentes, et font regretter que ce soient les seuls textes disponibles en français de ces auteurs.

Lire un court extrait »

Il était une fois un bourg où personne ne parlait la même langue. Personne n’usait du même mot pour désigner la même chose. Tout le monde pourtant se comprenait, et chacun vivait paisiblement en harmonie avec les autres. La joie de vivre, la bonne humeur des habitants était notable et, si incroyable que cela puisse paraître, ils étaient bavards. Le bourg était situé dans une région innomée au centre de l’Europe centrale. Elle était restée sans nom, si profondément encaissée depuis des lustres qu’elle avait au mieux été représentée par un trou noir sur les cartes. À vrai dire, le plus souvent, elle n’avait pas été représentée du tout.

jan 142011
 

La jeune fille suppliciée sur une étagère suivi de Le sourire des pierres
[少女架刑]
Akira Yoshimura
Actes Sud
9782742739554
Paru en 2002.

Une jeune femme qui vient de décéder raconte son autopsie. L’étrange rapport entre un homme, sa sœur, et leur locataire, obsédé par la mort.

Deux nouvelles extrêmement étranges et glauques. L’écriture d’Akira Yoshimura est d’une précision chirurgicale qui met en emphase le détachement presque clinique manifesté par les personnages envers ce qui leur arrive.

Dérangeant.

Lire un court extrait »

La voiture arrêtée devant la maison était un imposant modèle de couleur noire qui, lavé par la pluie, reflétait magnifiquement le désordre des avant-toits confusément mêlés.

Ayant ouvert en grand les deux battants de la porte arrière, les hommes glissèrent mon cercueil à l’intérieur.

Alors que mon regard, curieusement, était limité aux parois du cercueil et plus loin à la carrosserie de la voiture, le spectacle de l’impasse mouillée par la pluie, étrangement clair, me semblait frais et transparent, comme vu à travers les parois d’un aquarium dont on aurait tout juste changé l’eau.

déc 312010
 

Winter Fair Gifts in Miles in Love
[Pas traduit]
Lois McMaster Bujold
Baen
9781416555223
Paru en 2008.

Miles se marie, mais tout ne se passe pas comme prévu.

Pas, de loin, le meilleur texte de Bujold, mais l’utilisation du point de vue externe est toujours intéressante.

Lire un court extrait »

The hulking figure unfolded from the groundcar and stood up, and up. Pym, who was almost as tall as Roic, did not come quite up to its shoulder. It shook out the swirling folds of a gray and white greatcoat of military cut, and threw back its head. The light from overhead caught the face and gleamed off . . . were those fangs , hooked over the out-slung lower jaw?

Sergeant Taura was the name that went with it, by process of elimination. One of m’lord’s old military buddies, Pym had given Roic to understand, and—don’t be fooled by the rank—of some particular importance (if rather mysterious, as was everything connected with Lord Miles Vorkosigan’s late career in Imperial Security.) Pym was former ImpSec himself. Roic was not, as he was reminded, oh, three times a day on average.

 

Une silhouette massive sortit de la voiture et se déplia. Pym, qui était presque aussi grand que Roic, ne lui arrivait pas tout à fait à l’épaule. La créature secoua les plis d’un manteau gris et blanc de coupe militaire, et rejeta sa tête en arrière. La lumière illumina son visage et fit briller… étaient-ce des crocs, visibles sur la mâchoire saillante ?

Par élimination, c’était là le sergent Taura. Un des anciens camarades de l’armée de milord, Pym avait fait comprendre à Roic, et — ne te laisse pas tromper par le rang — d’importance particulière (et plutôt mystérieuse, comme tout ce qui avait rapport à l’ancienne carrière de Lord Miles Vorkosigan dans la Sécurité Impériale.) Pym était lui-même un ancien de SécImp. Pas Roic, comme on le lui rappelait, oh, trois fois par jour en moyenne.

déc 302010
 

Surprises de Noël
[Рождественский сюрприз; Моя любимая разница; грибы свободы]
Andreï Kourkov
Liana Levi
9782867465574
Paru en 2010.

Trois courtes nouvelles sur Noël. Un homme emmène sa sœur et son beau-frère passer Noël dans des conditions extrêmes. Un homme aide son ex à chercher son petit ami actuel. Un homme mis en prison pour un malentendu fait pousser des champignons dans sa cellule humide.

J’ai trouvé les trois nouvelles inégales : si j’ai beaucoup aimé la troisième pour son intrigue complètement farfelue, et la première pour son aspect un peu dérangeant, la seconde m’a laissée de glace.

Intéressant.

Lire un court extrait »

Oleg jeta un coup d’œil à la table de nuit, au lavabo, au petit frigo décoré d’une feuille de papier sur laquelle on avait tracé, d’une écriture soignée, cette sympathique dédicace : Aux détenus inconnus qui me succéderont, de la part de l’ancien occupant de ce trou. M. Grodski.

« Chic type ! » se dit Oleg, puis il se rappela qui était ce M. Grodski : un personnage en vue, membre de l’oligarchie et acteur de la vie sociale.

« Un chic type quand même ! » conclut Oleg avant de porter son regard sur le poste de télévision.